Le Département des Alpes-Maritimes augmente le temps de travail de ses agents

Le Département des Alpes-Maritimes était déjà pionnier en matière de réduction des dépenses, de diminution des effectifs et de lutte contre la fraude sociale. Aujourd’hui, il est pionnier dans la réforme du temps de travail. En effet, le 6 novembre, l’Assemblée départementale, présidée par Eric Ciotti, a voté une augmentation du temps de travail de ses agents.

Depuis 2012, le Gouvernement impose un choc budgétaire inédit en reportant sur les collectivités locales les efforts qu’il n’a pas le courage de réaliser. Ainsi, depuis 3 ans la collectivité a vu sa dotation globale de fonctionnement divisée par 2, passant entre 2013 et 2016 de 130 M€ à 66 M€.

Parallèlement le Département avait engagé des réformes courageuses telles que la baisse des dépenses de fonctionnement, le non remplacement de 2 départs à la retraite sur 3 ou la lutte contre la fraude au RSA. Une politique volontariste, saluée deux années de suite par la Cour des comptes, qui a permis de tenir le choc sans augmenter la fiscalité.

Aujourd’hui alors que le chômage explose, touchant plus de 6 millions de français, et considérant le régime favorable dont disposaient les agents du Département, Eric Ciotti a souhaité aller plus loin sur le chemin du courage et de la rigueur par une optimisation accrue des ressources humaines de la collectivité se traduisant par une réforme du temps de travail. Cette réforme consiste, plus précisément à l’alignement du temps de travail des agents du Département sur la durée légale de 1607 heures par an, soit 3 jours de congés annuels en moins et une division par 2 du nombre de RTT, passant 22 à 11. Cette mesure ambitieuse, dont l’objectif est de « travailler plus avec la même qualité de service offerte aux usagers », permettra à la collectivité d’opérer un gain de 20 millions d’euros par an, soit l’équivalent de 120 agents à temps plein.

Considérant « que les 35h de Martine Aubry ont été une calamité pour notre pays », Eric Ciotti met ainsi ses actes et ses convictions en conformité afin de faire bouger les lignes et impulser une véritable réforme de l’action publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *