tribune-FN

« Le Front national vous propose… un désastre économique ! »

Plus de 100 chefs d’entreprises de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur cosignent une tribune de Christian Estrosi.

La loi NOTRe fait des 13 nouvelles régions le chef de file en matière de développement économique. Face à un gouvernement qui a détruit 1 million d’emplois depuis 2012 et qui n’a aucune vision économique, nous sommes en droit d’attendre de la part de ceux qui prétendent vouloir diriger les régions un programme crédible et réaliste.

Brouillé par les discours libéraux du grand-père, surpris par les propos mélenchonistes de la tante, nous nous sommes intéressés aux déclarations, peu nombreuses il est vrai, de la candidate Front national en Provence-Alpes-Côte-D’azur. Le programme détaillé sera connu dans quelques semaines indique le site internet de la candidate. Mais il existe bien un tract politique qui contient quelques bribes. L’économie valait bien cela !

« Il faut aider les PME » nous dit-on. Passé le slogan, la prétendante ne nous dit pas comment. De notre côté, nous défendons une autre vision : celle qui consiste à apporter une attention à toutes les entreprises dès que l’emploi est en jeu. Le rôle de la région, c’est d’aider les start-up à émerger, d’aider les TEP à grandir et les PME à devenir des entreprises de taille intermédiaire, d’aider les sous-traitants en structurant les filières.

Nous proposons ainsi de nous intéresser à l’ensemble des entreprises de nos territoires, quelle que soit leur taille.

« Nous aiderons les entreprises mais uniquement celles qui ont leur siège social dans la région » découvre-t-on encore. Le repli sur soi vaut donc aussi en matière économique. Ainsi, alors même que la concurrence économique fait rage entre les nations mais aussi entre les régions de France et d’Europe, la même candidate propose que nous aidions uniquement les entreprises qui sont déjà implantées dans la Région.

Nous portons une autre vision : celle qui consiste à attirer et à accompagner des entreprises fussent-elles étrangères dès lors qu’elles créent de l’emploi dans notre région. Imaginez si le Maire de la 5ème ville de France était Front national, il aurait donc laissé IBM relocaliser ses activités à l’étranger plutôt que dans la région. De la même manière, le projet ITER qui rassemble 3500 emplois, génère 2 milliards de retombées économiques pour la région et concerne des dizaines d’entreprises internationales, n’aurait jamais vu le jour.

Dans ce même document, on peut lire « nous voulons un Etat stratège… ». Doit-on rappeler à l’extrême droite française que nous sommes dans une élection régionale ?

Face à ses slogans simplistes et à ces idées déjà cent fois ressassées ces trente dernières années, nous opposons un projet d’avenir, basé sur l’innovation et porteur d’emploi qui repose sur la création d’opérations d’intérêt régional dans les zones où le foncier est accessible, de faire de notre région un leader dans le domaine du numérique, de mettre la région au service des entreprises notamment grâce à une agence de marketing et un fonds régional d’investissement.

Constatant l’absence d’un projet régional du FN, nous nous sommes tournées vers le projet national de ce parti.

A la Région, la candidate propose de favoriser l’investissement. Au plan national, elle veut ajouter aux 18 milliards d’euros de baisse de dotations de François Hollande, une baisse annuelle de 2%.

A la Région, la candidate propose de baisser la pression fiscale. Au plan national, elle propose la création de 20 nouvelles taxes et la fusion de l’impôt sur le revenu et de la taxe d’habitation.

A la Région, elle propose de réduire les frais de fonctionnement et le nombre de fonctionnaires. Au plan national, elle promet d’augmenter les salaires de la fonction publique de 4 milliards d’euros sans le début d’un financement.

A la Région, elle s’engage à favoriser le travail. Au plan national, elle promet le retour de la retraite à 60 ans qui emporte un coût de 20 milliards d’euros, la mise en place d’un revenu parental pour 5 milliards d’euros, l’augmentation des charges qui pèsent sur le travail pour 18 milliards d’euros.

A la Région, elle promet de prendre en compte le caractère transfrontalier de notre territoire. Au plan national, elle défend la sortie de l’euro qui engendrera automatiquement un surcoût de la dette de près de 60 milliards pour la France et un effondrement de notre pouvoir d’achat de l’ordre de 30%.

Le Front national veut faire croire qu’il incarne la modernité alors qu’il incarne l’archaïsme des idées.

Comme beaucoup de chefs d’entreprise, les 6 et 13 décembre prochains,
Nous refuserons l’opportunisme idéologique, Nous refuserons la fuite des investisseurs,
Nous refuserons la récession économique

Et nous défendrons une autre vision, celle du changement, celle de l’innovation et celle de l’investissement.

 

Liste des signataires : http://www.lesrepublicains06.fr/wp-content/uploads/2015/11/tribune-FN-eco1.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *